Le festival à mi-chemin

Nous voici déjà à mi-parcours d’un des évènements phares de Grandchamp. En effet les terminales générales et STMG option théâtre ont joué leurs pièces Marivaudage et C’est l’existence, Monsieur. L’équipe de Grandchamp Alumni est allé voir ces jeunes talents performer avant l’examen du baccalauréat.

Marivaudage est une compilation de scénettes de Marivaux. Tiphaine Vaur met en scène les terminales générales d’une manière peu commune bien qu’extrêmement simple, laissant quasiment les acteurs briser le quatrième mur en les positionnant comme des spectateurs d’eux-mêmes. La pièce raconte leur propre histoire, leur propre point de vue sur le sens du terme « Marivaudage ». Comment le perçoivent-ils ? Que signifie ce mot si ce n’est « évoquer le style de Marivaux » ? Que peuvent raconter les élèves à leurs examinateurs le jour fatidique de l’examen du bac ?

C’est sur ces problématiques que s’appuie la pièce, nous laissant, nous spectateurs, témoins d’un débat illustré d’histoires marivaudantes. Chaque sketch fait évoluer la signification perçue du mot pour les élèves et le public. Cette mise en scène originale mêle un vocabulaire classique des scènes marivaudantes, aux textes émouvants et poétiques, au vocabulaire moderne des jeunes. La scénographie laisse méditer le spectateur sur le travail en coulisse des acteurs sur leur texte, sur leur façon d’interpréter un personnage, et également sur le travail d’un élève de terminale étudiant pour son option théâtre.

Les terminales STMG, dirigés par Brigitte de Bagneaux et Marc Biancardi, ont joué une pièce intitulée C’est l’existence, Monsieur. C’est également, comme la précédente, une compilation de scénettes tirées des textes de Dubillard. Chaque histoire est une satire des comportements actuels de chacun, la représentation donnant finalement une critique caricaturale de la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui.

C’est à travers une mise en scène travaillée de manière pointilleuse, que les acteurs font vivre ce qu’on pourrait qualifier de chaos poétique. Les lumières et les musiques relaxent et absorbent le public dans cet univers « ionescotique ». Une part minime d’absurde, une gentille exagération, interprétée par de jeunes élèves très talentueux.

Ces premières représentations laissent présumer une suite particulièrement intéressante du festival. Et c’est d’autant plus libres, affranchis des contraintes de baccalauréat, que les metteurs en scène ont travaillé sur les prochaines pièces.

Vos dévoués serviteurs,

Notre Dame du Grandchamp Alumni

logo Grandchamp Alumni

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Vous avez une question ? Vous souhaitez nous faire partager votre opinion ? Ecrivez-nous

Sending

©[2015] Grandchamp Alumni - l'association des anciens de Notre Dame du Grandchamp

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?