Festival de la Création 2015 – En bonus : l’interview de Kevin Garnichat un ancien de NDG

img

 

Pour vous donner une idée du quotidien d’un véritable acteur professionnel, nous sommes allés poser quelques questions à Kevin Garnichat, acteur, réalisateur et ancien de Notre Dame du Grandchamp !

Peux-tu nous décrire rapidement ton cursus?

Après un Bac S option théâtre à Grandchamp, j’ai commencé un an dans une école de commerce post-bac pour faire plaisir à mes parents et obtenir un “vrai” diplôme avant de me lancer dans la voie que je voulais vraiment : celle du théâtre. Après cette première année validée comme il fallait, je leur ai exprimé ma décision d’arrêter le “commerce” et de faire ce que je désirai ardemment… Ils l’ont non seulement compris mais aussi encouragé. Je ne l’oublierai jamais. J’ai donc intégré un petit cours privé parisien et à la fin de la première année j’ai intégré l’école du Studio théâtre d’Asnières. J’y suis resté 2 ans avant de rentrer au Conservatoire National en 2011. J’en suis sorti diplômé en juillet 2014.

Quand as-tu choisi le théâtre ? Était-ce une découverte au lycée ou était-ce un rêve d’enfant ?

Lors d’une colonie de vacances et d’une veillée “match d’improvisation”. Ça a été une révélation : je me suis éclaté et le moniteur d’alors m’a conseillé de continuer le théâtre à la rentrée. Ce que j’ai fait en m’inscrivant à l’atelier dirigé par Tiphaine Vaur à Grandchamp. Cela m’a tellement plu que j’ai voulu en faire plus intensément et elle m’a conseillé de tenter le conservatoire Régional de Versailles. En terminale, je suivais donc son atelier à Grandchamp et les cours du conservatoire de Versailles 3 fois par semaine…

Quand est-ce devenu un projet sérieux ? As-tu douté ?

A partir de la terminale ça devenait assez clair pour moi. Je voulais en faire ma vie. J’ai écrit sur un mur de ma chambre avec des post-it “je serai comédien” pour ne jamais oublier ce que je voulais vraiment être au fond. Ces post-it sont toujours sur le mur de ma chambre chez mes parents… Je pense qu’à partir de la terminale je n’ai jamais vraiment douté que c’était ce que je voulais faire. J’aurais regretté toute ma vie de ne pas avoir choisi cette voie… C’est ce que mes parents ont compris je crois quand je suis allé les voir à la fin de ma première année de commerce…

Quelles sont daprès toi les qualités essentielles à avoir pour faire ce genre de métier?

La passion. Savoir pourquoi et pour quoi on choisit ce métier, être en accord avec ça, avec soi-même. Savoir pour qui on fait ça aussi. Ça aide.

Comment sorganise ton emploi du temps ? Comment arrives-tu à concilier toutes tes activités (théâtre, cinéma, radio etc.) ?

Le plus dur dans ce métier est d’accepter le fait que notre emploi du temps n’est pas et ne sera jamais le même que ceux qui ont choisi une voie plus “classique” disons. Il y a des jours, des semaines ou l’on ne travaille pas et d’autres où l’on travaille tous les jours samedi dimanche compris. Et tous les soirs jusqu’à tard. Une fois qu’on a accepté cela (et les remarques de ceux qui nous entourent et qui ne le comprennent pas) il faut s’auto-discipliner. Lire, voir des pièces, des films, des documentaires, des expositions, visiter des choses : vivre. Essayer de ne pas être dans la passivité.

On peut ne rien faire de rétribué pendant plusieurs mois et d’un coup avoir plusieurs projets qui tombent au mêmes dates… Ce qui est difficile à gérer parce qu’il faut alors souvent faire un choix.

Dans cette grande diversité d’activités, que préfères-tu ?

J’aime la diversité qui incombe au métier de comédien. J’écris aussi et réalise alors quand je ne joue pas, je ne m’ennuie jamais !

Mais je crois qu’être sur scène et quand même un sentiment assez exceptionnel. Ce sentiment de partager des émotions avec un public, du “vrai” alors que le public comme les comédiens savent que tout est joué, c’est magique, cela me fascinera toujours je pense.

J’ai réalisé un court métrage “Le bout du rouleau” et  j’ai joué dans Pim-poum le petit panda, court métrage qu’on a présenté à Cannes en 2014.

 

Pim-Poum le Petit Panda (ndlr) réalisé par Alexis Michalik, Avec Florence Coste, Fannie Outeiro, Rosa Bursztein, Kevin Garnichat, 10 minutes

Pim-Poum n’est pas un simple Panda. Pim-Poum est un panda engagé. Pour Daniel, Pim-Poum c’est presque le rôle de sa vie. Presque, parce que dans le fond ce qui l’intéresse c’est d’être payé. En compagnie de Lucie et Caro, et sous la direction de Marie-Agnès ils vont se présenter devant leur public : un groupe d’enfants de 5 ans. Alors que la représentation aurait pu bien se dérouler, les intérêts de chacun, l’interprétation des personnages et la mise en scène font virer le spectacle au désastre. Le drame aurait pu s’arrêter là si un témoin de marque ne s’était pas joint à la représentation.i2

A quelle fréquence vas-tu au théâtre ou au cinéma en tant que spectateur ? Ton dernier coup de cœur ?

Environ 2 fois par semaine au cinéma (à une époque j’y allais 3 voire 4 fois par semaine) dernière claque : Birdman, Whiplash, Boyhood et 1 fois par semaine au théâtre.

Quelle est ta plus grande fierté ?

D’être heureux.

Quels sont tes projets en cours ? Et futurs ?

J’écris pas mal en ce moment je ne sais pas encore qu’elle forme finale cela prendra mais sans doute cela sera-t-il filmé.

Je joue dans une pièce qui vient d’être commandé par le festival In d’Avignon 2016. Il faut maintenant trouver les financements nécessaires, ce qui n’est pas une mince affaire mais on a bon espoir. C’est avec la moitié de ma promotion du Conservatoire National, une trilogie (donc trois spectacles différents) retraçant l’histoire européenne/mondiale de 1945 à nos jours. On a joué le première volet “Berliner Mauer : vestiges” au théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis en février dernier sur le thème du mur de Berlin, comme son nom l’indique.

i3

Un conseil pour un jeune (ou un moins jeune) qui aimerait se lancer dans laventure ?

Être convaincu qu’on a envie de faire ce métier. Si on l’est, tout ce qui arrivera (en bien ou en mal) ne peut qu’être bien vécu.

 

 

Et ceci referme notre article, un grand merci à Kevin pour ce témoignage !

En espérant avoir pu vous apporter un éclairage différent sur ce beau métier d’acteur, à très bientôt pour d’autres témoignages exotiques !!

 

Vos bien dévoués serviteurs,

Notre Dame du Grandchamp Alumni

logo Grandchamp Alumni   

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Vous avez une question ? Vous souhaitez nous faire partager votre opinion ? Ecrivez-nous

Sending

©[2015] Grandchamp Alumni - l'association des anciens de Notre Dame du Grandchamp

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?