Festival de la création 2015 – Les pièces : croisons les regards !

 

Le Festival, le Festival, le Festival… nous en parlons beaucoup mais pas de Festival sans un programme et quel programme ! Entre Marivaux et Peter Pan avec Shakespeare en guest star, les pièces vous feront voyager, frémir et rêver cette année et ce n’est certainement pas Mme Tiphaine Vaur, directrice en chef de cette 12ème édition, qui vous dira le contraire.

Tout d’abord, une rapide revue des pièces qui seront proposées cette année :

 Festival création Grandchamp 1

  • « C’est l’existence, Monsieur ! » d’après les textes de Roland Dubillard par la troupe des Terminales STMG, mise en scène de B. de BAGNEAUX.

Un théâtre hors cadre, un cadre théâtral hors scène, une troupe attachante, taillée pour un texte exigeant, devenu classique du genre. Dubillard, à l’instar de Beckett et d’Ionesco, pose, dans « Les Diablogues », des interrogations métaphysiques et existentielles ancrées dans un humour décalé… Irrésistible ! « L’existence, quoi ! »

Capture d’écran 2015-04-27 à 23.09.57

  • « Marivaudage » constitué de scènes de Marivaux par la troupe des Terminales Générales, mise en scène de T. VAUR.

Silvia, Arlequin, Trivelin, Lisette et la Comtesse vont vous emmener dans les méandres amoureux et truculents bien connus de Marivaux. Ils se fuient, ils se cherchent, ils s’évitent, ils se suivent, ils « font semblant de faire semblant » et nous amusent !

Capture d’écran 2015-04-27 à 23.12.13

  • « Sans ascenseur… Ça va aussi ! » d’après les textes de S. Thiéry, J.C. Grumberg, G. Foissy, et B.M. Koltès par la troupe des Premières STMG, mise en scène de B. de BAGNEAUX.

Du rire… du rire… ! Sur les petites choses de la vie…Des personnages s’efforcent de dialoguer et créent une chaîne de malentendus, de situations cocasses, bref, un gouffre d’incompréhension. Sans prétention…si…une… : Le Rire… Le Rire !

Festival création Grandchamp 2

  • « Peter Pan, ou le garçon qui ne voulait pas grandir » d’après le roman de James Barrie par la troupe des Premières Générales mise en scène de T. VAUR.

« Combien de temps cela durera-t-il ?

– Aussi longtemps que les enfants seront joyeux, innocents et sans cœur. »

Retrouvez l’univers féerique de l’île imaginaire avec ses pirates, ses indiens et ses enfants perdus. Suivez Clochette et Peter Pan dans leurs aventures. Vivez un moment unique au côté de Wendy, John et Michael. Découvrez M. et Mme Darling comme vous ne les avez jamais vus ! Soyez le temps d’une représentation des enfants qui croient à leurs rêves.

Festival création Grandchamp 4

  • « Le Songe d’une nuit d’été » de William Shakespeare par la troupe : “Les Joyeux éclectiques”, mise en scène de T. VAUR et M. SILHOL.

Une forêt enchantée hantée par des elfes et des spectres. Des amoureux ensorcelés. Des artisans lunaires et clownesques. Un monde de la nuit bouleversé. Un royaume du jour déchiré. Un grand mariage qui se prépare entre la Reine des Amazones et Thésée Duc d’Athènes. Des préparatifs à des réjouissances. Tous les ingrédients du théâtre Shakespearien réunis pour un cocktail à la fois amusant et inquiétant.

Festival création Grandchamp 5

  • « Peer Gynt » de Henryk Ibsen par la troupe : “‘D’une scène l’autre” les jeudi 4 juin à 20h30 et vendredi 5 juin à 20h30, mise en scène de B. de BAGNEAUX et M. BIANCIARDI.

« Que cherchez-vous en vous-mêmes ? Cherchez devant vous, dans l’autre. » Ces paroles pourraient s’adresser à Peer Gynt, le personnage éponyme du poème dramatique de Henrik Ibsen. C’est une farce satirique, pleine d’humour et de truculence, qui propose une quête de l’identité impossible. Il y a du Ulysse, du Don Quichotte et du Faust, dans cette histoire qui s’organise autour d’un « double voyage » : géographique et intérieur, réel et initiatique. Celui d’un anti-héros, (Gynt : plisser les yeux pour mieux voir), rêveur et aventureux qui part s’affronter au vaste monde et échoue dans tout ce qu’il entreprend, avant de découvrir, à la fin de sa vie, le sens de son questionnement : c’est l’amour qui sera sa rédemption.

Un héros de pacotille dans lequel nous pourrions bien, tous, nous reconnaître… et quinze comédiens pour assurer près de quarante rôles !

Et maintenant nos questions à Mme Tiphaine Vaur !

Notre Dame du Grandchamp Alumni

Comment avez-vous choisi les pièces de cette année ? Quels ont été vos critères de sélection ? Y-a-t-il une thématique en particulier ?

Thiphaine Vaur

Le Festival est animé par quatre metteurs en scène aux sources d’inspiration très différentes. Chacun ayant des penchants et des préférences différents des autres, il y a toujours une relative hétérogénéité dans les types de pièces choisies ce qui assure un programme riche et haut en couleur. Le choix des œuvres se fait toujours selon le même processus : nous réfléchissons chacun de notre côté pendant l’été puis nous mettons nos idées en commun courant octobre avant de nous décider sur la sélection finale à proposer aux élèves.

Certains critères sont rédhibitoires dans cette ultime sélection. Il nous faut en particulier des pièces avec beaucoup de rôles afin de faire participer tous les jeunes, il est alors nécessaire d’avoir au moins 20 rôles à distribuer par pièce !

Il n’y a par conséquent pas de thématique en particulier. Cette année, par hasard, une ligne de conduite semble cependant se dessiner avec le thème du fantastique, notamment à travers les pièces Peter Pan et Le Songe d’une Nuit d’Eté. Il semblerait donc que nous avions envie de faire rêver notre public cette année !

NDG Alumni

Prenez-vous beaucoup de libertés avec les pièces choisies ? Avez-vous retravaillé les textes ou préférez-vous employer les originaux ? Et pouvez-vous nous donner des exemples dans chacun des cas ?

Thiphaine Vaur

Cela va entièrement dépendre des groupes que nous faisons jouer. Pour les troupes de Première, nous pouvons reprendre une pièce d’un auteur ou effectuer un montage de différentes scènes avec beaucoup de liberté mais il reste nécessaire de s’adapter aux individualités en face de nous, à leurs tempéraments, à leurs préférences, leurs facilités ou non et également tout simplement à la proportion de filles et de garçons.

Pour les Terminales en revanche, le travail effectué est également évalué comme une option “théâtre” pour le baccalauréat. Nous ne pouvons donc pas nous permettre de monter n’importe quelle pièce et les rôles se doivent d’être équilibrés afin de respecter un temps de parole minimal pour chacun. Les représentations symbolisent en outre la possibilité pour eux de jouer devant un vrai public avant de passer devant un jury. Le Festival est donc une période d’entraînement très sérieuse pour laquelle ils travaillent de manière consciencieuse et suivie toute l’année; ils ont d’ailleurs l’honneur de lancer le festival !

Les deux projets sur lesquels nous avons, en définitive, le plus de libertés sont donc les deux dernières pièces à savoir Peer Gynt et Le Songe d’une Nuit d’été. Ce sont en effet les pièces que nous choisissons parce que nous avons envie de les monter ! Pour ces projets, le casting des acteurs est réalisé spécifiquement pour la pièce en question et nous ouvrons les inscriptions à tous : nous avons alors à coeur de trouver les candidats qui seront les plus performants et épanouis dans chacun des rôles. Là encore ce sont encore tout de même souvent des pièces avec beaucoup de rôles à répartir !

De plus, concernant la réécriture de certaines pièces ou partie de pièce, plusieurs cas sont possibles. Pour Le Songe d’une Nuit d’Eté, il existe une multitude de traductions donc nous avons pu nous inspirer de plusieurs versions selon les passages et selon nos préférences, en revanche pour Peer Gynt, il n’existe qu’une unique traduction, cela demande donc un peu plus d’imagination !

NDG Alumni

Et quels sont vos objectifs, quelles réactions du public souhaitez-vous susciter par un tel choix ?

Thiphaine Vaur

En général, la sélection est relativement éclectique, aussi bien dans les aspects comico-tragique qu’à travers les thèmes abordés, comme cela chacun peut trouver au moins une oeuvre qui lui plaira. Dans tous les cas, ce que nous ciblons est l’étonnement du public ! Que les parents soient émerveillés par les performances théâtrales de leurs enfants, que les professeurs soient étonnés de leurs élèves, que les élèves soient impressionnés de leurs camarades etc. Le théâtre permet à chacun de s’exprimer et de révéler une autre partie de soi-même à travers le jeu d’acteur, l’interaction avec le public et les relations avec les autres membres de la troupe. Les barrières tombent et permettent un véritable échange mutuellement enrichissant !

Le travail entre élèves et professeurs, par exemple, est particulièrement bénéfique dans la préparation d’une pièce. Les répétitions représentent l’occasion de travailler ensemble dans un cadre profondément différent que les cours habituels et c’est l’opportunité pour eux d’échanger de manière moins formelle et plus libre… tout en restant respectueux bien sûr ! Au cours de l’année, nous voyons ainsi nos acteurs mûrir et s’épanouir avec un point d’orgue au moment des représentations finales : tout le travail de l’année est récompensé lorsque le public témoigne avoir été bluffé par tel ou tel aspect de la pièce !

En espérant que ceci a pu vous donner un petit aperçu du travail d’un metteur en scène, un grand merci en tous cas à Tiphaine Vaur pour ses réponses et son investissement dans le Festival !

Bien amicalement,

Notre Dame du Grandchamp Alumni

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Vous avez une question ? Vous souhaitez nous faire partager votre opinion ? Ecrivez-nous

Sending

©[2015] Grandchamp Alumni - l'association des anciens de Notre Dame du Grandchamp

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?